Repas de fêtes, et faux souvenirs pour le dessert

Procédez avec une extrême prudence lorsque votre famille commence à partager des souvenirs de vous dont vous ne vous souvenez pas.

Merci au Docteur Julia Shaw d’avoir aimablement partagé son travail avec nous.

Crédit : Pixabay


Nous sommes à nouveau en cette période de l’année. Des biscuits, nos nez gelés, des chaussettes de Noël, du lait de poule et, peut-être le plus important, partager des souvenirs en famille et entre amis.

Durant les vacances qui s’annoncent, vos proches dépoussiéreront sans doute de vieilles anecdotes, dont vous espériez probablement qu’elles auraient été oubliées depuis longtemps. Les blagues de papa résonnent dans la salle tandis que votre famille ressort comme chaque année vos photos de danse de quand vous aviez 12 ans. Gênant.

Certaines de ces histoires vous les avez probablement entendues Absolument. Chaque. Noël. Mais d’autres de ces souvenirs peuvent vous prendre au dépourvu, vous menant à une conversation comme celle-ci :

Membre de la famille : “Te souviens-tu quand tu …. ? ”

Vous : “Non … devrais-je ?”

Un membre de votre famille veut partager un souvenir avec vous, et que vous ne vous en souveniez pas semble rendre sa divulgation d’autant plus importante. En tant qu’êtres humains qui aimons entendre des histoires, en particulier des histoires dont nous sommes les protagonistes, il semble bien venu de se laisser tenter. Mais, selon la science, devriez-vous laisser la famille vous emporter sur le chemin des souvenirs ?

Inflation par Imagination

En tant que chercheuse qui étudie la mémoire, je suis tentée de dire que vous devriez procéder avec une extrême prudence lorsque votre famille commence à partager des souvenirs de vous dont vous ne vous souvenez pas.

Il y a quelques raisons majeures à cela. D’abord, vous avez une imagination et vous l’utiliserez. Nommée scientifiquement “l’inflation par imagination” (“imagination inflation”), l’imagination d’un événement en train de se produire augmente notre confiance en ce que l’événement se soit réellement produit, même quand ce n’est pas le cas. Cela est particulièrement vrai quand, en plus d’imaginer ce qui pourrait être arrivé, vous imaginez aussi comment cela pourrait vous avoir fait sentir. En d’autres termes, plus nous imaginons de détails sensoriels, plus ces événements imaginés sont ressentis comme réels.

Cela signifie que lorsque maman vous parle de cette fois où votre petite bouille éclatait de rire en étant assis sur les genoux du père Noël, même si vous ne vous souvenez pas de l’événement, vous verrez qu’il est assez facile de vous le représenter. Vous savez à quoi ressemble le père Noël. Vous connaissez cette sensation de rire. Vous vous projetez dans ce fond sonore caractéristique de Noël. Avec un effort minime, vous êtes transporté de vous-même dans un moment dont vous ne vous souveniez pas au départ.

Mais comment pouvez-vous dire si c’est de votre souvenir que vous êtes en train de vous rappeler ou de celui de votre mère ? Malheureusement, il est probable que vous ne puissiez pas le dire, car les événements imaginés peuvent à la fois ressembler et faire ressentir la même chose que les souvenirs de choses que vous avez réellement vécues. Seulement si vous aviez une preuve corroborante – comme une photo du moment – pourriez-vous savoir si des détails de votre mémoire étaient plutôt justes ou juste inventés.

Joyeux Voleurs de Mémoire

Cela est d’autant plus compliqué lorsque la semaine suivante vous revient tendrement votre souvenir du père Noël récemment retrouvé, et que votre sœur Sue dit alors “Hé ! Ce n’était pas toi, c’était moi sur les genoux du père Noël !”. Bien sûr, Sue pourrait juste être une sale menteuse. Plus probable, cependant, c’est que maman vous a juste aidé à voler la mémoire de Sue. La recherche montre que nous sommes étonnamment souvent coupables d’être des voleurs de mémoire, volant les souvenirs des autres et leur en parlant comme s’ils étaient les nôtres.

Dans une étude de 2015 sur les souvenirs personnels “empruntés”, plus de la moitié des personnes interrogées ont indiqué avoir débattu avec d’autres concernant le propriétaire d’un souvenir. Bien sûr, nous ne remarquons généralement pas que nous avons volé un souvenir à moins que nous ne le révélions à la personne à qui il appartient, et qu’elle se confronte activement à nous sur le sujet.

Lorsque le vol de mémoire est involontaire, alors que le conteur ne se rend pas compte qu’il raconte l’histoire d’un autre, nous pouvons parler de “faux souvenir”. Les faux souvenirs sont des récits qui nous semblent réels bien que nous ne les ayons en réalité jamais vécus, et qui peuvent être le résultat de simples suggestions. Maman dit que c’est arrivé, alors ça doit être arrivé, alors c’est arrivé. Nous remplissons alors involontairement les détails avec notre imagination.

Gardez cela à l’esprit la prochaine fois que vous apercevrez un membre de la famille raconter une de vos histoires comme si c’était la sienne ; il ne sait peut-être pas qu’il vole un morceau de votre passé.

Meilleurs Ensemble

Bien que nous puissions déformer les souvenirs des uns et des autres, certaines recherches ont également montré des avantages à évoquer les souvenirs avec nos proches. Dans une étude vraiment cool impliquant des couples de personnes âgées qui se connaissaient incroyablement bien (depuis une moyenne impressionnante de 31 ans), les chercheurs ont trouvé que la façon dont les gens se rappelaient avait son importance. En se rappelant d’un événement ensemble les couples faisaient moins d’erreurs que lorsqu’ils se rappelaient l’événement seul. C’était particulièrement le cas lorsque les couples ont reconnu, répété, reformulé et élaboré sur ce que disait l’autre partenaire.

Il semble que le fait de partager un souvenir avec un être cher puisse nous amener à nous souvenir de l’événement avec plus de précision, mais seulement si nous partons d’un événement dont nous nous souvenons déjà. Si nous ne nous souvenons pas de l’événement au départ, les amis et la famille pourraient bien nous donner un faux souvenir.

Cette saison des fêtes, visez à vous protéger des souvenirs déformés en étant toujours prudent, curieux et gentil ; prudent des souvenirs peu familiers, curieux de partager des souvenirs, et aimable si vous vous trouvez un voleur de mémoire.

Joyeuses fêtes.


Cet article fait partie d’une série disponible sur scientific american, qui s’attache à démystifier les erreurs courantes et les fausses croyances sur la façon dont fonctionne notre mémoire.

Merci à son auteure, Julia Shaw, pour la création de l’article original, et pour son autorisation à ce que celui-ci soit traduit et partagé sur notre forum. – Article traduit et publié par Maxime Marty.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.